EphemeridesEphemerides JeuxJeux EsoterismeEsoterisme VitrinesVitrines OldiesOldies indexindex
QR-Code Portatout.net : Ephémérides
Dimanche 16 Décembre 2018
  En Ligne : 11  
RetourRetour Du JourDu Jour ChronologieChronologie Un jourUn jour RechercheRecherche Quizz du jourQuizz du jour AvanceAvance
Déja 17 457 759 visiteurs depuis 2006
Nous sommes sur terre                               

 


SAINT-NICOLAS

L'évêque de Myre

Saint Nicolas, évêque de Myra en Asie Mineure, est né vers 270 et serait mort le 6 décembre 343.
Sa piété et sa charité légendaires l'ont rendu très populaire en Grèce et en Russie orthodoxe où de nombreuses églises portent son nom.
Ses reliques ayant été transportées à Bari en Italie par des marchands, et en Lorraine, son culte a gagné l'est de la France et l'Allemagne, puis le nord de la France la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas.

La légende de Saint-Nicolas

Des légendes variées enjolivent la vie de Nicolas. Elles empruntent des traits au culte des dieux grecs Apollon et Artémis qui étaient vénérés à Patare en Lycie, lieu de naissance du saint.

Le personnage vénérable et sage que l'on connaît aujourd'hui a pris également certaines caractéristiques à Odin, l'ancien dieu germanique qui voyageait la nuit sur son cheval blanc à huit pattes, accompagné de deux corbeaux noirs.

Quant aux bienfaits déposés dans les cheminées le jour de la Saint-Nicolas, ils auraient pour origine les bourses d'or offertes par le saint à trois jeunes filles vouées à la débauche par leur père.

Le Saint Patron des Marins, Marchands et Prisonniers

Patron des marins car il aurait sauvé des hommes pris dans une tempête, saint Nicolas est aussi le patron des marchands. Il est également le patron des prisonniers à Saint-Nicolas-dePort, en Lorraine, où l'on célèbre deux fois par an la Saint-Nicolas en décembre et le lundi de Pentecôte. Un jeune homme en armure rappelle la légende du sire de Réchicourt (XIIIe siècle), fait prisonnier à la 6e croisade, que le saint aurait délivré de ses chaînes.

Le Père Fouettard.

Dans certaines régions (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, nord et est de la France), saint Nicolas, monté sur un âne ou un cheval, et le Père Fouettard visitent les maisons où il y a des enfants, le soir du 5 décembre. Le saint bénit l'assemblée et distribue des friandises tandis que le Père Fouettard fouine dans la pièce, menaçant avec ses baguettes les enfants qui n'ont pas été sages.

La nuit, saint Nicolas dépose des cadeaux dans les souliers placés près de la porte ou de la cheminée, et prend pour sa monture le foin ou les carottes mis là à cette intention.

Aux Pays-Bas, Saint Nicolas arrive par bateau d'Espagne dès la mi-novembre, accompagné de plusieurs « Pierre le Noir » qui divertissent les enfants

Le Père Fouettard, appelé aussi Ruppels, Hans Trapp, Zwarte Piet, prend un aspect varié d'un pays à l'autre : roux et hirsute, il est vêtu de sombre en Lorraine, alors qu'en Hollande sa face est noircie mais épanouie. Parfois, ils sont plusieurs comme la horde de démons cornus à Mittendorf, en Autriche.

Oel, le fils d'Odin, dans le culte germanique, pourrait être un lointain ancêtre du Père Fouettard. Il descendait sur terre chercher les offrandes pour son père et punir quand c'était nécessaire.

Le Père Fouettard aurait aussi une origine historique : en 1552, Charles Quint mit le siège devant Metz à l'époque de la Saint-Nicolas. C'est sa caricature qui aurait donné les traits à l'affreux compagnon du saint.

Le Fouet.

Le fouet n'est pas seulement destiné à effrayer. Porteur d'heureux présages, il indique, dans bien des endroits, le passage à la nouvelle année : on s'en sert pour chasser les mauvais esprits et favoriser les bons. Le bruit a les mêmes pouvoirs, aussi le Père Fouettard en abuse-t-il criant ou agitant une cloche.